Qualité de réfugiées reconnue pour un risque de persécution en Egypte

JURISPRUDENCE

01 53 10 26 36

e-mail

323 rue Saint-Martin

75 003 PARIS
l

CONTACT

Jurisprudence – 2 novembre 2023

Un jeune couple marié de nationalité égyptienne donne naissance à leur deuxième enfant : encore une fille (!).

D’après le père du requérant, la naissance d’une deuxième fille constitue une honte et un signe de pauvreté pour la famille.

La famille paternelle du jeune coupleexige l’excision des deux filles ce que les requérants refusent catégoriquement.

Ne pouvant échapper à l’emprise de la famille, le couple décide de quitter leur pays pour protéger leurs filles de l’excision.

Malgré la pénalisation de la pratique de l’excision en Égypte, lalégislation connait très peu d’application effective.

Le taux de prévalence des mutilations sexuelles féminines (MSF) chez les femmes entre 15 et 49 ans est de 87%, affectant 77,4 % de ces femmes dans les zones urbaines, tous gouvernorats confondus, et 92,6 % dans les zones rurales.

Les MSF sont répandues aussi bien chez les musulmans que chez les chrétiens d’Égypte, et ce malgré la préconisation par les responsables religieux des deux cultes de l’abandon de cette pratique.

Dans une population dans laquelle les mutilations sexuelles féminines sont courammentpratiquées au point de constituer une norme sociale, les enfants et les femmes non mutilées constituent de ce fait un groupe social.

L’appartenance à un tel groupe est un fait social objectif qui ne dépend pas de la volonté de ses membres à appartenirà ce groupe.

En n’étant pas mutilées, la mère et ses filles font partie d’un groupe social qui est protégé par laconvention de Genève en cas de crainte de persécution.

Ici, les époux ont fourni les élémentscirconstanciés, notamment familiaux, géographiques, sociologiques, relatifs aux risques de persécutionque la mère et les deux filles encourent personnellement.

La mère et les deux fillettes ont donc été reconnues réfugiées en raison de ce risque de persécution.

Le père a été reconnu réfugié en application du principe de l’unité de famille : en tant qu’époux de même nationalité et père de reconnues réfugiées, il bénéficie de la même qualité de protection.